Pit Schumacher
La quatrième saison
http://www.pitschumacher.lu/la-quatri-me-saison.html

© 2012 Pit Schumacher

La quatrième saison

"Je vous invite à déguster les deux tomes de La quatrième saison de l’auteur. Le texte est illustré par des centaines de dessins au pinceau et au crayon réalisés par ses soins.

La quatrième saison possède les dimensions intimes d’un journal, mais d’un journal qui ne précise que l’essentiel de l’existence, ne glisse jamais dans les règlements de compte. Tout est sérénité, vibration, poésie, dans ces magnifiques carnets, composés à l’aide de couleurs, d’offrandes, de soleil, de lumières tamisées, d’essences végétales, d’essences de l’existence, de lectures, d’expositions, de voyages, d’ailleurs d’ici et de là-bas.

Il parle de ses enfants, de ses petits-enfants, d’amis, d’artistes, de situations, le tout, toujours, émaillé de poésie, de réflexions, de philosophie.

Nous voici à Naples, puis dans le port de Catania, en Sicile. La mer est teintée, argentée, verdâtre, pointée par de petites embarcations de pêcheurs qui traînent derrière elles leur triangles isocèles, écumeux. Près de Cythère, les chalutiers sillonnent en silence la mer mâle. La mer femelle ressemble à un rideau de scène horizontal, suspendu au loin aux tringles du savoir cachant et voilant le drame éternellement recommencé de la vie.

Puis, nous accompagnons Pierre Schumacher en Turquie, en Ukraine, à Venise…

Ses réflexions émaillent le texte brillant, savant, beau et doux, aux saveurs exquises : Le mensonge est légitime si la vérité ne se laisse ni cerner ni prouver. Parfois le mensonge est un détour. On le voit dans les procès judiciaires dont on lit des commentaires dans la presse. Tout le monde ment. L’accusé, les avocats, les témoins mais aussi l’avocat général. Le résultat de toutes ces déclarations et des rapports y afférents est une image qui se rapproche en gros de la réalité, donc n’est plus mensonge. C’est dans le chaos des faux témoignages que pourra germé la certitude de ce qui s’est réellement passé. Une des facultés essentielles du juge est donc l’intuition, la faculté de fabriquer avec les pièces d’un puzzle mensonger une image cohérente.

…Les couples des occasions manquées ne divorcent pas, ils continuent à exister dans le monde des possibles, qui est un monde incommensurable par rapport au monde réel, un monde dans lequel tout aurait pu arriver…

…Mon regard est lucide et transparent, patient…un regard d’enfant qui ne se souvient de rien parce qu’il se souvient de tout. De la vie dans son ensemble, de la teinte particulière qu’elle a eue pour moi, le lieu où je suis né et où j’écris, 69 années après, ces lignes….

…Nous sommes tous des clandestins, parfois nous ignorons le nom de nos passeurs. Mais nous ressemblons tous à ces Noirs rigolards, qui essayent de déverser l’eau de leur embarcation qui risque de sombrer au large des côtes espagnoles, espagnoles ou autres, en tout cas des côtes qui ne seront jamais accessibles puisque la Guardia veille. Le radeau est déjà sous l’eau et les rires noirs se transforment en grimaces….

Pierre Schumacher parle alors de l’injustice.

Accompagnons, celui qui au fil de la lecture de ses livres, est devenu en quelque sorte un confident, à Madagascar.

« J’ai découvert, sur mon ordinateur, un envoi de photos faites à Madagascar par notre ami Jean-Marie Niedbala. Des vues, surgies sur le petit écran, comme un aide-mémoire en ce qui concerne notre voyage et les différents paysages de ce beau pays. Tous ces portraits d’enfants, de femmes au travail, de ces hommes au bout de leur charrue sont des témoignages de consciences qui sont passées devant mon regard distrait sans que j’en prenne conscience. Autant d’occasions manquées ! »

Il est impossible de résumer les deux tomes de La quatrième saison, la somme de ce qui est dit, écrit, est impressionnante. Une somme qui, après lecture, palpite en nous à l’infini, résonne toujours, en tous lieux, devenue indissociable de notre quotidien."

Michel Schroeder, Zeitung vum Lëtzebuerger Vollek
mercredi 13 avril 2011